Vivre, c'est souffrir

Dakota Clark | D'Iberville, Mississippi


Un homme me dit que l’apocalypse s’en vient bientôt. Il était ivre, je pense. En tout cas, je sentis l’alcool quand il parla. C’est un peu amusant, puisque seul un soulard peut croire ça. Si la fin est proche, que peut-on faire ? Rien, mon ami, mais on peut réfléchir avant de mourir. On pourrait se poser de grandes questions sur la vie. Pourquoi existe-t-on ? Qu’est-ce que le bien ? Le mal ? A-t-on des âmes ? Où ira-t-on quand on mourra ? Je n’ai point de réponses pour toutes ces questions, mais je pourrais peut-être répondre à l’une d’elles.


Qui suis-je ? Oui, vous me dites que je suis un homme, mais qu’est-ce que c’est ? Un homme n’est rien qu’une petite tache qui se traîne le jour et la nuit. Il travaille pour gagner la vie, mais pourquoi ? L’argent ne peut point le suivre au tombeau, sa maison sera détruite, les gens qu’il aime mourront, et il sera oublié par tous. Tout est inutile, mon ami, inutile. Bien sûr, vous pourriez me dire que c’est déprimant. Ah, la vérité nous fait mal comme ça, comme d’habitude. Et cette douleur donne un sens à notre vie.


Oui, mon ami, mon doux ami, nous avons besoin de la douleur. C’est notre sœur qui est venue de loin après si longtemps. Vous ne la reconnaissez point, mais elle vous connaît très bien. Elle vous regarda du coin de l’œil, et elle vous aima. Elle vous aime toujours, vous savez. Elle voulut uniquement que vous soyez fort et sain ; elle lutta fiévreusement pour vous. Ah, mais mon ami, vous ne sûtes pas ça, hein ? Vous pensâtes que la vie serait simple. Comme moi. Maintenant, que pensons-nous ?


Quoi ? Dites ça encore une fois. Ah, Dieu peut-il nous entendre ? Moi, je ne sais du tout. Peut-être. S’il nous entend, il doit penser que nous sommes des pauvres bêtes. Mais nous sommes tous les enfants de Dieu, non ? Au moins, c’est une pensée tendre. Dieu ne me dérange point, mais je m’en fous du Pape. Que fait-il pour moi sauf me rends perplexe ? Je suis déjà ça, je n’ai point besoin d’une pierre pour me faire trébucher sur le trône de Saint Pierre. Que dit Salomon ? « Vanité des vanités, tout est vanité. » C’est bien dit, ça. C’était un homme plein de sagesse, lui, mais même Salomon fut trompé dans sa vieillesse. Alors, l’homme avait autant de dieux qu’il avait des femmes.


La vie, c’est la vanité, non ? Eh, vous n’êtes point d’accord ? Pourquoi ? Ne pouvez-vous voir que la vie nous donne seulement de la misère ? Bah ! Ne me dites pas que vous ne pouvez supporter la misère. Vous vivez dans la misère. Ne mentez pas ! Vous en avez envie ! Pourquoi crier comme un animal blessé ? Ça ne sert à rien. Hein ? Que dîtes-vous ? Bah, c’est ridicule, mon ami. Le suicide n’est que la voie des lâches. Vivre, c’est un acte courageux. Ainsi, soyez résolu et saluez un nouveau jour avec moi. Souffrirons-nous ? Bien sûr, mon ami. Mais vivre, c’est aussi souffrir. Alors, si vous ne souffrez jamais, vous ne vivrez jamais.

©2018 by Le Bourdon de Louisiane. Proudly created with Wix.com