« Lettre ouverte au Bourdon »

Mis à jour : févr. 6

Earlène Broussard qui est FACHÉ en LA

Lafayette, LA 70506 | earleneb@enlouisiane.com

vendredi, le 27 novembre 2020 – Acadian Day, proclamé par le Gouverneur John Bel Edwards

Lettre ouverte à Bennett Boyd Anderson III

Félicitations à vous, M. Anderson, et à votre équipe entière pour Le Bourdon de la Louisiane! C’est un très beau travail que vous faites.

Le Bourdon de la Louisiane est un grand testament à la réussite du CODOFIL. Depuis 1968, le CODOFIL a bâti une nouvelle francophonie en Louisiane avec l’aide de ses partenaires en Louisiane, en France, en Belgique, au Québec et en Acadie. Quel travail extraordinaire!

Je suis personnellement très fière de votre gazette électronique! Comme directrice du CODOFIL du 1er juillet 1992 au 31 décembre 1997, un de mes mandats était d’assurer la publication de la Gazette de la Louisiane, chose que j’ai accomplie. Je comprends vos défis.

J’ai lu avec beaucoup d’intérêt vos propos concernant l’identité cadienne dans votre article qui date du 15 février 2019, “Arrête de m’appeler 'Cadien'. On est plus que ça.” Vous écrivez :


“Tous les Cadiens, en fait, sont aussi des Créoles . . . Le mot

cadien n’est pas synonyme de francophone louisianais . . .

Personnellement, j’aime beaucoup mon identité créole parce

que c’est plus spécifique que les autres étiquettes possibles . . . ”


Monsieur Anderson, je crois cent pour cent que vous avez droit à l’identité de votre choix. Aussi, je crois que ce n’est pas à vous d’attribuer les étiquettes d’identité aux autres. Vos remarques sont pour moi beaucoup mal placées, provocantes même. Quelle bizarre stratégie destinée à édifier notre communauté francophone en Louisiane! Le Bourdon de la Louisiane, ne cherche-t-il pas à bâtir?

Mes ancêtres (et les vôtres, selon ce que vous dites), les Acadiens, sont arrivés en Louisiane avec une belle identité francophone légitime. On était au Nouveau Monde en Acadie pour la gloire de la France avant l’arrivée d’Iberville et de Bienville en Louisiane. On était au Nouveau Monde avant les Français et les Espagnols en Louisiane. On était au Nouveau Monde avant les Créoles et même en Louisiane avant l’arrivée des Créoles français réfugiés de Saint-Domingue après 1790. On est arrivé en grand nombre en Louisiane comme Acadiens en 1785 pendant la Période espagnole (1769-1803).

Ô, quelle belle grâce qu’ils nous ont fait, ces Espagnols! Nous en sommes toujours reconnaissants pour les concessions de terre avec bétail et outils où nous sommes devenus Cadiens en Louisiane. En 2020, le sud de la Louisiane est un coin du monde où l’on parle encore français à cause des Cadiens.

Moi, Earlène Broussard, je suis une Cadienne de la Louisiane et j’en suis fière! L’oncle de mon père, Élisé DuBois, me disait que j’sus eine Cadienne ventre jaune du Marais Castille dans la Paroisse Vermillon en Louisiane. Et ça, c’était beaucoup avant l’arrivée du CODOFIL. C’est ça mon identité comme Louisianaise francophone, mon étiquette.

Je me permets de citer les paroles de Sean Connery, fameux acteur écossais, publiées dernièrement après son décès.


“I am not an Englishman, I was never an Englishman and

I don’t ever want to be one. I am a Scotsman! I was a Scotsman

and I will always be one. My heart will always be in Scotland.”


Alors, voici mes propos, bien calqués d’après quelqu’un beaucoup plus respecté que moi.


J’sus pas Acadienne, ni coonass, ni Créole, ni Frenchy, ni Houma,

ni Franco-Louisianaise. J’vas jamais accepter ces identités-là!

J’sus Cadienne! J’sus née Cadienne et j’y serais toujours! Cadienne,

ça sera toujours mon étiquette dans ma belle Louisiane et

dans ma Francophonie entière!


Un peu plus loin dans “Arrête de m’appeler “Cadien”. On est plus que ça.” vous écrivez :


“À l’autre côté, garder les [vieilles] étiquettes et on

perpétue un système qui ne laisse aucune place aux

nouveaux arrivants francophones. Alors quoi faire?”


M. Anderson, pouvez-vous expliquer qui sont pour vous les nouveaux arrivants francophones?

Voulez-vous dire les professeurs de français venus de la Francophonie? Ou, voulez-vous dire nos enfants louisianais qui apprennent le français dans les programmes d’immersion bâtis par le CODOFIL depuis trente ans?

Proposez-vous de rebaptiser les identités louisianaises de nos enfants? Voulez-vous nous englober dans l’expression franco-louisianais?

Wow! Encore du cultural engineering pour les Cadiens? Ou est-ce du Neo-Colonialism?

Cher Monsieur, les Anglais ont essayé d’exterminer les Acadiens commençant en 1715 avec le Traité d’Utrecht. Ils n’ont pas réussi. Pensez-vous que les Cadiens de la Louisiane accepteront en 2020 vos efforts à influencer nos enfants à changer leur identité cadienne? Ma réponse, c’est un grand NON!

Alors quoi faire? Alors, demandons aux Cadiens!

Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de mes meilleurs sentiments.



Earlène Broussard qui est FACHÉ en LA


Note des éditeurs : L'article original de M. Anderson, publié le 15 février 2019, se trouve ici.


295 vues

Posts récents

Voir tout