©2018 by Le Bourdon de Louisiane. Proudly created with Wix.com

« Le Bel et le Pape »

Dakota Clark | D'Iberville, Mississippi


Le Bel et Le Pape


I


Philippe, dit le Bel, était roi de France entière.

Il voulut avoir plein d’argent pour faire la guerre contre

Les Anglais qui habitaient la moitié d’la France.

Hélas ! Il n’eut pas assez d’argent pour ce travail ;

Il décida d’imposer des impôts à l’Église.

Lorsque le pape Boniface VIII entendit ceci,

Il fut en colère et déclara que le Bel,

Et la douce France, et toutes les nations durent obéir

Aux ordres, spirituels et temporels, du Saint Père.

Boniface ne sut si le Bel lui obéirait,

Mais sa réponse fut rapide et claire : Le roi de France

N’est pas le serviteur du Pape ! Lui, il fut nommé

Par Dieu Tout-Puissant pour diriger tous les Français.

Donc, le Bel commanda que l’édit du Pape devrait

Brûler. Bien sûr, cela fâcha le Pape, qui annonça

L’excommunication du roi de France. Hélas !

Ô mon cœur ! Comment puis-je raconter cette histoire

Malheureuse ? Cette débâcle qui fait honte à l’Église?

Renforce-moi, le Bon Dieu, si je la raconte fidèlement.


II


Alors, le Bel envoya ses soldats au pays

De Boniface et leur commanda de le trouver.

« Il n’a pas du tout l’autorité pour me donner des ordres

Allez, mes fidèles soldats !  Montrez notre colère à

Ce Pape maudit ! Apprenez-lui à nous respecter ! »

L’armée de Philippe s’en alla en vitesse

Pour arrêter le Pape Boniface, qui était plein

D’arrogance et ivre du Sang du Christ.  Il dit la Messe

Quand les soldats entrèrent dans la basilique de Saint Pierre.

« Que faites-vous ici ? » cria le Pape, mais les soldats

Ne lui répondirent pas, seulement en silence ils firent

Leur travail et mirent le Pape en prison, jusqu’au jour

De sa mort. Benoît XI lui succéda au

Trône de Saint Pierre, mais pas pour longtemps ; il mourut

Après seulement huit mois, et puis le Bel eut une idée

Méprisable et dégoûtante : « Je sais c’que je ferai !

La Papauté viendra à la France, à Avignon,

Et tous les papes prochains m’obéiront, tout de suite !

La France prendra sa gloire encore une fois, je le jure. »


III


Un an après la mort de Benoît XI, l’église dût

Choisir un Pape, et les cardinaux discutèrent

Tous les jours et toutes les nuits ; les Italiens et

Les Français dans le Sacré Collège se disputèrent

Sans cesse. « Le Pape doit être italien, bien sûr »

Crièrent les fils de César.  « Non, absolument pas ! »

Répondirent les fils de Clovis, « Le Pape viendra de

La France, d’aucun autre endroit  ! » Le jour et la nuit, ils

Crièrent et soupirèrent et s’écrièrent jusqu’à la

Date de l’élection d’un nouveau Pape : Clément V, qui

Était français, et jura à Philippe de le servir

Et de protéger les intérêts de la douce France.

Hélas ! L’histoire est racontée, mais n’est pas finie.

Il y a plus au sujet de Clément V, le

Bel, les Templiers, et les papes d’Avignon, mais je

Suis fatigué, ma langue doit se reposer un peu,

Mes doigts doivent poser la plume et fermer le vieux livre.

Je raconterai peut-être le reste de cette histoire

Un jour, mais pas maintenant. Enfin, laissez les âmes

De cette histoire se reposer avec moi ce soir.