Contre l'esprit de Mardi Gras : L'affaire "cowan"


Joseph Pons | Lafayette, Louisiane Nous sommes en pleine saison carnavale, la période de l'année où les Louisianais aiment contourner les règles un peu ; cependant, le Gouvernement Ville-Paroissial de Lafayette n’a pas eu le mémo.

Vendredi, le 22 février, à la parade du Krewe de Canailles à Lafayette, le mot “cowan” (aussi : kawan, caouanne) a été censuré par le gouvernement local, selon nos sources.  Le mot “cowan” fait référence à une espèce de tortue serpentine que les Louisianais des vieux temps auraient reconnu, mais de plus, le mot peut signifier le sexe féminin en Louisiane—une signification connue même par la plupart des Louisianais anglophones.   

Le Krewe de Canailles, une nouvelle parade lafayettoise qui remplace les véhicules à moteur et les colliers en plastique avec des petits chars sans moteurs et des objets faits à la main pour des raisons écologiques, est compris de plusieurs “sub-krewes.” Cela inclut le Krewe de Cowan, un krewe composé entièrement de femmes.

En voyant les femmes déguisées en “Madame Grands Doigts” (en accord avec le thème de cette année, “Folklore Louisianais”), j’ai remarqué que le mot après Krewe de a été censuré. J’ai demandé à l’une des membres l’identité du mot manquant, et elle m’a crié: “COWAN !” Alors j’ai fait ce que n’importe quel Franco-Louisianais aurait fait : J’ai crié “Vive les cowans !” de toutes mes forces.

Photo créditée à David Cheramie

Cette censure a gêné d’autres membres de la communauté francophone de Lafayette, y compris Rachel Doherty, doctorante en Études Francophones à L’Université de Louisiane à Lafayette, qui dit :

“Comme citoyenne et participante, je trouve cette décision ridicule et régressive. On est dans un milieu à peine bilingue, et le krewe affichait clairement des images de tortues pour être clair qu'il mettaient en avant un jeu de mots. Surtout, c'est la saison du carnaval. On attend qu'il y ait de l'humour sexuelle lors des célébrations.” Doherty a même déclaré cette issue anti-femme :

“En tant que féministe, je trouve que la censure du mot cowan remonte à une inquiétude avec la représentation publique du sexe féminin. Les nez phalliques sur les masques traditionnels, les perles en forme de seins sur les colliers sont partout, aux fêtes rurales ainsi qu'urbaines. Quand même on rougit devant la représentation carnavalesque d'un mot louisianais pour le vagin. Après tout, un cowan, c'est une tortue aquatique qui mord.”


Un autre sub-krewe, le Krewe de Passe-Partout, dont les membres étaient déguisés en Clovis l'Écrevisse, a même joué le jeu en distribuant des histoires expliquant la ségrégation des cowans dans le monde ecrevisse, intitulées “Clovis Crawfish and Chloe C---n Fight the Crawfish Hut Owners’ Association.”

Que l’on soit pour ou contre la censure, au moins cette histoire a remonté un problème linguistique-féministe dans la communauté francophone de Lafayette ainsi que chez des anglophones, et lorsque nous parlons du français en français, tout le monde profite.

©2018 by Le Bourdon de Louisiane. Proudly created with Wix.com