©2018 by Le Bourdon de Louisiane. Proudly created with Wix.com

Officialisation du français : la solution ? (II)

Justin Robichaud | Acadie


Cliquez ici pour la première partie de cet article.


Et si l’on motivait les élèves anglophones en exigeant le français au travail? Le français aurait donc une utilité pratique dans leur vie, non?


Bien entendu, il y a certains postes désignés bilingues au sein de l’administration fédérale canadienne (et certaines administrations provinciales) pour respecter les exigences gouvernementales en matière de langues. La plupart de ces postes sont occupées par des Français* (car ils représentent, je le rappelle, la majorité des bilingues). Résultat? Les Anglais* à qui on refuse ces postes bien rémunérés et convoités du secteur public y voient une discrimination et une nette inégalité entre les Français et les Anglais. Que ce soit fondé ou non, les Anglais en veulent aux Français et les tensions augmentent (je donnerais des exemples tirés de l’internet, mais je ne veux pas leur donner de l’attention).


Et à l’intérieur des administrations bilingues? L’un de mes professeurs universitaires qui avait fait des recherches en sociolinguistique avait conclu que l’administration fédérale bilingue – qui devrait en théorie pourtant être championne des langues officielles – menait à l’anglais, car ce ne sont que certains postes qui sont bilingues. Afin de pouvoir communiquer à tous en même temps sans dire tout à deux fois, on se sert de l’anglais – langue commune à tous – aux réunions et dans les courriels à caractère moins officiel (soit la plupart des courriels).


Il en est de même pour presque tout texte écrit (dans les secteurs public et privé). Il est d’abord rédigé en anglais soit par des anglophones ou par des francophones dans le but d’obtenir l’approbation de tous avant d’être traduit par un agent externe (traduire un ou plusieurs brouillons ou textes provisoires n’est pas très économique). Même si le procédé n’est pas égal et bilingue, au moins le résultat l’est, non?


Et si on regarde ça de plus proche?


Le traducteur traduit très souvent les textes à l’aveuglette, c’est-à-dire sans connaître ou comprendre en profondeur ce qu’il traduit. Il ne connaît pas le contexte et toutes les références externes du texte ni tout le jargon spécialisé du domaine, surtout dans les deux langues. Il n’a donc qu’une partie des morceaux dont il a besoin pour former une image complète dans une autre langue. Des tournures non idiomatiques et des faux-sens, voire des contre-sens, peuvent facilement s’introduire par inadvertance ou en raison des contraintes du métier.


Voici quelques exemples simples pour illustrer les difficultés de la traduction. Évidemment, les difficultés se multiplient dans des phrases et des contextes plus compliqués.





De plus, pour éviter les coûtances* de la traduction, on peut avoir recours à des traducteurs ayant des prix (et une qualité de travail) plus bas ou des traducteurs automatiques, les deux pouvant donner des résultats farces*, insolites ou incomprenables*. Peu importe la route choisie, il en résulte que les Français ont droit à un texte de qualité inférieure (et souvent présenté en deuxième et en plus petit). De plus, puisque le traducteur ne peut pas se permettre trop de liberté, les textes traduits vont nécessairement suivre le texte anglais. Après tout, ils n’ont pas été pensés en français. On finit donc avec une sorte de langue imitée et artificielle qui n’innove plus, qui se contente d’emboîter le pas (et la pensée!) de l’anglais.


L’officialisation n’est donc pas la solution en soi; elle n’est qu’une étape parmi tant d’autres dans le rétablissement du français en Louisiane. Cet article ne vise pas à décourager les efforts de refrancisation. Au contraire! Avertis, les Louisianais peuvent prévoir et surmonter ces difficultés et peut-être même créer un milieu encore plus propice à la francophonie… à condition de ne pas lâcher la patate, bien entendu!


Justement, l’un des moyens selon moi pour d’alléger, voire d’éviter ces problèmes, c’est d’avoir un mouvement populaire généralisé qui est déterminé de réaliser ensemble – comme société – une vision et des objectifs définis. Et on peut déjà observer un tel mouvement s’éveiller en Louisiane.


* Lexique

Mots louisianais

coûtances = coûts, dépenses (l’équivalent acadien étant « coûtanges »)

farce = drôle (un équivalent acadien étant « comique »)


Mots communs à l’Acadie et à la Louisiane

incomprenable = incompréhensible

Français = personne dont la langue maternelle est le français

Anglais = personne dont la langue maternelle est l’anglais