Le coupeur de glace : Un métier disparu

Jean-Guy Gagné | Saint-Casimir, Québec Dans la série : Les métiers disparus.

Le coupeur de glace.

Il fut une époque pas si lointaine ou conserver de la nourriture l’été relevait d’un véritable défit sinon d’un tour de force.

Jusqu’au milieu du XX ème siècle, la seule façon que nos ancêtres avaient pour conserver la nourriture pendant l’été était de la garder au frais avec de la glace qui, bien entendu, était coupée l’hiver sur des lacs ou le fleuve. D’où le métier de coupeur de glace.

La neige était enlevée à l’aide de grattes tirées par des chevaux ou des tracteurs à chenilles. Puis la glace était coupée à la main avec de grandes scies de six pieds ou au moyen de scies rondes fixées sur un traineau. Armée de brands pics, les hommes dirigaient la glace vers des convoyeurs. Le chargement de ces blocs également de six pieds se faisaient à l’aide d’immenses pinces dans des camions à bennes.

La coupe de la glace s’échelonnait du temps des fêtes jusqu’au mois d’avril.

Le prix d’un bloc de glace : cinq cents.

Vous pouvez vous imaginer que c’était un métier très dur. Les hommes prenaient leur retraite de ce métier assez tôt.

Une nouvelle invention allait sonner le glas de ce dur métier : le réfrigérateur.


Nous incluons aussi un lien vers une émission de Radio-Canada sur le même sujet : http://ici.radio-canada.ca/emissions/le_15_18/2016-2017/chronique.asp?idChronique=427835

Jean-Guy Gagné est retraité du domaine financier depuis bientôt quatre ans, après y avoir œuvré pendant trente cinq ans. Il a donc plus de temps à consacrer à différentes passions. Dont entre autre l’histoire. L’histoire du Québec ainsi que le parcours des différentes communautés francophone en Amérique l’ont toujours intéressé. Il a d’ailleurs été membres du Club Richelieu Québec pendant plusieurs années et ce à titre de président au début des années 2000.


©2018 by Le Bourdon de Louisiane. Proudly created with Wix.com